Trouver la santé et
le bien-être d'une
manière naturelle

L’Ayurveda, une médecine du bonheur

   Vous êtes-vous jamais senti pleinement rassurés par la sérénité confiante et souriante d’un thérapeute ?

   Avez-vous jamais humé les mélanges de plantes de la médecine ayurvédique ?

   C’est une symphonie de senteurs qui nous transporte de joie instantanément.

 












   Les mélanges aromatiques de l’Ayurveda sont à l’image de sa philosophie, empreints de pureté et de parfums. 

  Revenir aux sources de la Tradition, aux textes sacrés et aux visions inspirées, c’est ce qu’a très bien su faire la médecine ayurvédique, notamment en matière de phytothérapie.

 










   Comme le Dr. Edward Bach le découvrit des siècles plus tard, les habitants de la vallée de l’Indus connaissaient le pouvoir des plantes sur la sphère émotionnelle de l’homme.

  Mais aujourd’hui encore, les mécanismes de cette communication affective entre le monde végétal et le monde humain demeurent mystérieux malgré les nombreuses hypothèses émises à ce sujet.

  Faut-il expliquer ces mécanismes par les phéromones et les tanins, par les interférences quantiques et les résonances vibratoires, ou tout simplement par la puissance imaginative de l’homme et par son pouvoir de guérison?

 

   L’effet des thérapies naturelles est probablement composé d’un peu de tout cela, c’est-à-dire des qualités intrinsèques des plantes et de l’intention morale de ceux qui les préparent. Selon les Anthroposophes.par exemple, les plantes médicinales doivent être cueillies et préparées à la main par des personnes détendues et de bonne humeur.

   Une laborantine stressée est priée d’aller se relaxer ou de rentrer chez elle si la relaxation n’a pas eu l’effet escompté.

   Le résultat est là : les compositions ayurvédiques de plantes ont le don d’inspirer joie de vivre et élan vital à ceux qui les hument ou les dégustent en tisanes.

   On peut dire que quand la bonne humeur passe avec la plante ou avec la main du thérapeute, le travail thérapeutique est déjà aux trois-quarts accompli.

 

                LE MASSAGE AYURVÉDIQUE

 

   Quand vous avez la chance de tomber sur un thérapeute souriant, ouvert, à l’écoute de votre vie, et dont la présence chasse vos stress et vous fait lâcher prise d’un seul coup, le bien-être gagne rapidement toutes les cellules de votre corps.

   Quand, dans une attitude empathique et appliquée, il impose ses mains, insufflant à vos chakras et vos points réflexes l’esprit de ses doigts et ses paumes, vous êtes peu à peu envahi par cette extraordinaire impression de flotter à l’intérieur de votre corps.

   La joie de vivre inonde vos muscles, vos tendons, vos organes, jusque dans les vibrations les plus ténues de votre métabolisme.

   Alors peut se relancer le mystérieux processus de l’auto-guérison, cette régulation providentielle des fonctions biologiques par la dynamique de l’élan vital qui puise ses forces dans la joie pure.

 

  Mais qu’est-ce que cette joie pure dont parlent les Indiens ? Est-elle comme la conscience pure, à la fois un océan trans-personnel plus vaste que le cosmos et un point de lumière tapi dans chaque cellule de notre corps?

   Est-elle comme le Tao, omniprésente mais insaisissable ?

   Pour les sages de l’Ayurveda, toutes nos joies émanent de la joie pure.

   Elle constitue, comme le dit le Dr. Deepak Chopra, «cette lumière vive que nous ne pouvons voir directement mais seulement par réfléchissement dans des joies de moindre intensité».

   «S’il vous était possible», ajoute-t-il, «de vivre dans cet état de joie pure à tout instant, vous auriez en votre possession l’essence tangible de la santé parfaite».

   Conscients de l’influence prépondérante de cette joie sur notre bonheur cellulaire, les thérapeutes ayurvédiques sont passés maîtres en l’art d’activer les canaux énergétiques par lesquels circulent les flux de cette joie pure : chakras, points réflexes des pieds ou nerfs olfactifs. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’aromathérapie par diffusion a tellement d’importance dans cette pratique, notamment pour équilibrer les trois doshas.

   Les doshas sont trois énergies vitales ou « humeurs » combinant un ou plusieurs des « cinq éléments » (eau, air, feu, terre, métal) et responsables des processus physiologiques et psychologiques.

   Le déséquilibre des doshas est considéré comme la cause des maladies dans l'ayurvéda. Les doshas sont au nombre de trois, et appelés vata, pitta, et kapha.

  Le ou les doshas dominants chez l'individu déterminent ses tendances, ses faiblesses. La pathologie est considérée comme une perturbation de l’équilibre des différents éléments constitutifs de l’homme.




 













           • Vata s’équilibre grâce à un mélange d’arômes chauds, sucrés et amers, comme le basilic, l’orange, le géranium sanguin, le clou de girofle et d’autres épices.

            • Pitta s’équilibre grâce à un mélange d’arômes sucrés et frais comme le bois de santal, la rose, la menthe, la cannelle et le jasmin.

          • Kapha, de même que Vata, s’équilibre grâce à un mélange d’arômes chauds, mais avec des harmoniques plus épicés, comme le genévrier, l’eucalyptus, le camphre, le clou de girofle et la marjolaine.

 

    Les odeurs passent directement à l’hypothalamus, une glande minuscule qui régit des douzaines de fonctions organiques dont: la température du corps, la soif, la faim, le taux de sucre dans le sang, la croissance, les alternances de veille et de sommeil, l’excitation sexuelle et de nombreuses émotions comme la colère ou la joie.

   Le fait de sentir quelque chose suffit donc à envoyer un message instantané à ce «cerveau du cerveau» et, de là, au corps tout entier.

    En fait, chacun des cinq sens est structuré par une vibration particulière du corps quantique sous-tendant notre corps biologique.

   En agissant subtilement sur ces sens, les thérapeutes ayurvédiques restaurent la joie dans notre corps quantique et font chanter à nos cellules le cantique des quantiques.

 

                                                             Un traitement s’avère particulièrement bénéfique 

                                                 lorsque le thérapeute est animé par une intense joie de soigner. 

                            Ce phénomène place la médecine ayurvédique parmi les meilleures médecines naturelles.

 

 20-04-2014