Trouver la santé et
le bien-être d'une
manière naturelle

LE CHOIX DES REMEDES (suite 4)

   La force vitale possède une propriété remarquable qui consiste à pouvoir rétablir son équilibre par lui-même lorsqu’ il est agressé.

   Les maladies aiguës qui évoluent spontanément vers la guérison sont la démonstration de cette propriété de la force vitale. Dans ces cas l’organisme se répare de lui même et rétablit son équilibre sans aucune aide extérieure. Les symptômes au cours de ces maladies sont l’expression de l’effort accompli par la force vitale pour retrouver l’équilibre, et montrent le chemin suivi pour arriver à la guérison.

Mai 28,2013
Mai 23,2013

LA FORCE VITALE (suite3)

   Hahnemann reconnait l’existence d’un principe vital, d’une force de vie, d’une énergie qui assure la permanence de l’être vivant, et maintient l’organisme en bonne santé. Cette force imprègne l’individu dans sa totalité, le contrôle, coordonne et unit les fonctions des différents organes. Sans cette force vitale l’organisme est incapable d’assurer sa propre conservation.

   La présence de cette force différencie le vivant du non vivant.


LA DOSE INFINITESIMALE (suite2)

    C’est par la technique de la dilution-dynamisation que l’on permet à la substance de développer la totalité de ses propriétés curatives. A dose pondérale, l’action du remède est souvent minime, superficielle, voire nulle. Mais le procédé mécanique de la dilution du médicament accompagnée d’une forte agitation, ce qu’on appellera une dynamisation, permet de libérer tout le potentiel curatif contenu dans le remède.

   Par ce procédé de dilution, des substances inertes à l’état naturel deviennent des remèdes extrêmement puissants.

Mai 16,2013
Mémoire de l'eau
Mai 09,2013

COMPRENDRE LA METHODE HOMEOPATHIQUE

   La doctrine et la méthode homéopathique sont développées dans les deux ouvrages de Samuel HAHNEMANN, d’abord et avant tout dans l’Organon, ensuite dans les Maladies Chroniques.

   La méthode Hahnemannienne est basée sur des principes parfaitement définis et indissociables qui sont au nombre de sept et qu’il faut pouvoir manier correctement face au malade afin de l’amener à la guérison. 

   De ces sept principes découle aussi la conception hahnemannienne de l’état de santé, de l’état de maladie et de la guérison.


Mai 04,2013
    LES SEPT ETAPES DE LA MALADIE
Deuxième partie (4-7)

4) Déséquilibre du système nerveux

   Un mauvais sang nourrit mal les cellules, les os, les organes. Sans notre système nerveux orthosympathique (dilatateur) et parasympathique (constricteur) nous ne pourrions pas survivre longtemps après l’absorption d’un aliment trop éloigné de notre équilibre, comme cela se passe quand on mange certains champignons ou autres poisons contre lesquels notre système nerveux est sans ressources.