Trouver la santé et
le bien-être d'une
manière naturelle

Le Cholestérol, ce mal-aimé ?

 

                                                     Qu'est-ce que c'est ?

                                                  Comment fonctionne-t-il ?

                                       Et surtout que faut-il faire pour le réguler ?

 

   Souvent, les gens âgés présentent des multitudes de petites taches brunes sur la peau, ou plutôt sous la peau. En particulier aux mains.

   Ces pigmentations ressemblent à des taches de rousseur mais elles n'en sont pas, et sont insensibles à l'action du soleil.

    Il s'agit de dépôts de cholestérol, qui se forment avec l'âge. 

    Le cholestérol n'aurait d'autres inconvénients qu'esthétique s'il ne s'accumulait que là ; mais il se dépose hélas en bien d'autres endroits, et notamment dans le système cardiovasculaire.

 

              LE MÉTABOLISME DU CHOLESTÉROL

   Le foie est le principal organe qui fournit et élimine le cholestérol contenu dans l'organisme. Tout d'abord, il rassemble celui qui est fourni par les aliments, le lie aux chaînes de protéines qui assurent son transport dans le sang où il le déverse.

   Mais il en fabrique aussi en utilisant des substances grasses apportées par les aliments : les graisses, les stérols et aussi les stéroïdes contenus dans les chairs animales. Un foie en bon état dans un organisme sain apporte toujours au sang la quantité nécessaire et suffisante de cholestérol.

                                                             Le schéma d'apport et d'élimination du cholestérol :













   C'est encore cet organe qui assure l'élimination du surplus de cholestérol. C’est le foie qui l'extrait du sang et le rejette dans la bile, sous forme d'émulsion graisseuse. Ce cholestérol biliaire est en partie réabsorbé par l'intestin, et se retrouve à nouveau dans le foie. Ce n'est qu'après trois ou quatre de ces passages hépatiques qu'il est complètement éliminé. 

   Un foie sain et qui rejette la bile en quantité suffisante garantit ainsi un taux de cholestérol raisonnable dans le sang.

   Cette activité du foie est perturbée par des maladies métaboliques, hépatiques ou par la prise de certains médicaments, ainsi que par un régime alimentaire inconsidérément riche, notamment en mauvaises graisses.

 

              LES PATHOLOGIES DU CHOLESTÉROL

   Avoir trop peu de cholestérol dans le sang serait nuisible à la production des stéroïdes par les glandes. Mais cela est rare. 

   En revanche, il est fréquent d'en avoir en excès. Et cela peut avoir des conséquences, parfois dramatiques.

    Quand il est trop concentré par rapport à trop peu de solvant, le cholestérol se solidifie sous forme de cristaux en général cubiques.

    Cela peut se produire dans la bile, obstruant en partie les voies biliaires et gênant la circulation de cette bile. Toute l'activité du foie se trouve ainsi ralentie, rendant les digestions plus difficiles.

    Des cristaux très gros peuvent se former dans la vésicule biliaire. Ces calculs provoquent de fortes douleurs quand ils passent en force dans ce canal, pour sortir malgré tout : ce sont les coliques hépatiques. Ils peuvent aussi crever la paroi de la vésicule, répandant la bile dans l'intérieur du ventre, et provoquer une péritonite.

    Au stade le plus avancé, cette lithiase biliaire doit être opérée. On enlève chirurgicalement les cristaux de cholestérol en même temps que la vésicule, qui ne peut guère être réparée.

    Pour éviter d'en arriver là, il existe des traitements efficaces, notamment à base de plantes, qui empêchent la formation des cristaux ou dissolvent ceux qui existent déjà.

    Le plus grave effet de l'excès sanguin de cholestérol réside dans le risque qu'il se dépose à l'intérieur des artères, sous forme de plaques appelées plaques d'athéromes. 















    Dans un premier temps, le débit des artères est diminué, et les organes qu'elles irriguent souffrent à cause d'un apport insuffisant en oxygène. Puis l'artère peut se boucher complètement, ce qui provoque plus ou moins vite la mort de l'organe ou de la portion d'organe totalement privé d'oxygène. 

    Dans le cerveau, il s'agit d'accidents vasculaires cérébraux (AVC) plus ou moins graves suivant l'étendue et la localisation de la zone concernée. 

    Dans le cœur, il se produit un infarctus du myocarde, mortel quand il est important, et sinon toujours handicapant

 

              L'APPORT EN CHOLESTÉROL

    L'alimentation, plus que les médicaments, constitue donc la clé d'un bon équilibre cholestérolémique.

    Outre les principes généraux d'une alimentation saine, il faut consommer des huiles polyinsaturées, riches, notamment, en acide gamma-linolénique et autres acides gras appauvris en hydrogène qui dissolvent le cholestérol. 

    Les huiles de poissons sont également utiles, ainsi que les graisses de canard ou même de poulet.

    En revanche, les graisses de bœuf, de porc et de mouton sont plutôt nuisibles, à ce point de vue cholestorémique. 

    L'alimentation doit aussi comprendre suffisamment de protéines.

    Reste la question de l'apport alimentaire en cholestérol proprement dit.

    Puisque le foie utilise cet apport mais qu'il le régule en éliminant les surplus, le cholestérol alimentaire ne devrait donc pas influer sur la teneur du sang. Mais cette régulation peut être insuffisante, en particulier quand les voies biliaires sont encombrées.

     Il importe donc, quand on souffre d'insuffisance hépatobiliaire, de modérer sa consommation de produits riches en cholestérol. Et bien sûr, de soigner en même temps cette insuffisance.

    D'autre part, la régulation, même assurée par un foie en bon état, peut se trouver saturée par de grands excès alimentaires. 

    Il faut donc éviter de surconsommer les produits les plus riches en stéroïdes, par exemple le jaune d'œuf ; il ne faut pas manger plus d'une quinzaine d'œufs par mois. 

    Il faut aussi prêter une bien plus grande attention au cholestérol alimentaire quand on souffre déjà d'un excès sanguin de mauvais cholestérol. 

    En dehors de cela, le cholestérol ne doit pas trop préoccuper les personnes en bonne santé. 

    Pour les autres, les médecines naturelles proposent d'excellents traitements. Mais, comme toujours, la consultation d'un praticien compétent s'impose !

 

                  LE BON ET LE MAUVAIS CHOLESTEROL

     Le cholestérol est une substance organique liposoluble.

     C'est à dire qu'il se dissout bien dans les huiles et graisses et que, par contre, il est insoluble dans l'eau ou les mélanges à base d'eau.

     Pourtant il est transporté et réparti dans l'organisme par le sang.

     Comment cela est-il possible puisqu'il est insoluble dans l'eau et donc dans le sang ?

     Lors de ce transport il est lié à des protéines solubles dans l'eau, qui assurent son mélange homogène avec le sang.

     Ces chaînes protéiques sont de deux types : les chaînes lourdes, très longues (HDL), et les chaînes légères, plus courtes (LDL), qui assurent une bien moins bonne solubilité, et autorisent donc une solidification plus facile du cholestérol.

     En revanche, les premières permettent un transport beaucoup plus sûr de ce cholestérol jusqu'aux glandes qui les consomment et de plus, réalisent une certaine redissolution des plaques d'athérome.

     Il existe donc une proportion, un rapport de cholestérol à chaîne lourde sur cholestérol à chaîne légère (cholestérol HDL/cholestérol LDL) au-dessus duquel on doit se situer.

    On ne sait trop quels facteurs régissent ce rapport mais il est certain que le régime alimentaire est prépondérant.

    Le taux idéal de cholestérol total sanguin est de 1,8 à 2,0 g/l, ce qui correspond à un faible risque de survenue d’accident cardiaque. Toutefois : 
 
                                                          le bon cholestérol (HDL) doit être supérieur à 0,35 g/l. 
                                                          le mauvais cholestérol (LDL) doit être inférieur à 1,6 g/l.

    Un régime naturel et sain suffit le plus souvent à assurer une bonne valeur, tandis qu'une nourriture frelatée ou trop riche le diminue.


                   QUELS ALIMENTS CHOISIR ?


             Aliments riches en cholestérol (mg/100g)

mg/100g

                   Cervelle                                     2 600

                  Jaune d'oeuf                              1 400

                   Rognon cuit                                  520

                   Oeuf cru ou cuit                            500

                   Caviar                                           440

                   Oeufs brouillé au beurre             390

                   Foie gras                                      380

                   Omelette nature                           350

                   Foie cuit                                        320

                   Ris d'agneau ou de veau            250

                   Beurre                                           250

                   Beurre allégé                                216

                   Gâteau de Savoir                         210

                   Madeleine                                     203

                   Pâté de foie de porc                    200

                   Sauce hollandaise                        200

                   Soufflé au fromage                       185

                   Crevette grise, cuite                     180

                   Quiche lorraine                              180

                   Eclair                                              170

                   Pâté de campagne                       170

                   Mayonnaise                                   165


                   Aliments pauvres en cholestérol (mg/100g)

                   Fruits et légumes                               0

                   Yaourt maigre                                    1

                   Margarine allégée                             1

                   Minestone                                           1

                   Lait écrémé UHT                               2

                   Potage poulet vermicelle                  3

                   Soupe aux lentilles                            3

                   Yaourt aromatisé                               4

                   Yaourt nature                                      4

                   

 

    Si vous avez un taux de cholestérol élevé, il est possible de le ramener à des valeurs normales par l’activité physique (entre 30 et 60 minutes la plupart des jours), en atteignant et en conservant un poids sain (IBM<25), en cessant de fumer et en apportant quelques petits changements à votre alimentation:

1. Adoptez une alimentation pauvre en graisses. Ceci représente entre 45 et 75 g de gras par jour chez les femmes et entre 60 et 100 g par jour chez les hommes.

2. Évitez les aliments préparés avec de l’huile végétale partiellement hydrogénée, ce qui est le cas pour de nombreux aliments prêts à l'emploi et prépréparés.

3. Réduisez votre consommation d’aliments riches en gras saturés, comme les viandes grasses et les produits laitiers comme le beurre, le fromage, la crème ou le lait homogénéisé.

4. Choisissez plutôt des graisses insaturés sains, que l’on retrouve dans les huiles végétales, les noix et le poisson.

5.  Consommez davantage d’aliments riches en fibres, comme les grains entiers, les noix, les légumineuses, les légumes et les fruits.
























                       LES PLANTES ANTI-CHOLESTEROL

    Parmi les plantes anti cholesterol, on distingue : 

           Les phytostérols : 

  • Ces stérols végétaux, peuvent, s'ils sont pris sur une longue période, réduire d'environ 10 % le taux de cholestérol. 
  • Ils sont souvent ajoutés aux yaourts ou margarines commercialisés comme « aliments anti-cholestérol ». 
  • Ils empêchent l'absorption du cholestérol lors de la digestion et réduisent donc l'apport de cholestérol. 

           Le soja et les produits à base de soja : 

  • Ils ont une action bénéfique sur le taux de lipides dans le sang et permettent de faire baisser le taux de cholestérol LDL. 
  • Il faut toutefois en consommer au moins 25 g par jour pour constater les effets. 
  • En pratique, il est conseillé de remplacer une des portions de viande quotidiennes par des protéines de soja (tofu, steak végétarien...). 
         L'artichaut, l'ail et les germes de blé : 

  • Ils sont également connus pour leurs effets bénéfiques. 
  • L'ail et l'artichaut peuvent être consommés sous forme de compléments alimentaires. 
  • Bien sûr, il s'agit d'en consommer dans le cadre d'une alimentation variée et globalement équilibrée.


 20-06-2015