Trouver la santé et
le bien-être d'une
manière naturelle

Cure de sommeil

   On sait aujourd’hui que lors du sommeil normal, une simple régénération a lieu : elle inclut la digestion des aliments, l'assimilation des nutriments et l'élimination des déchets. Selon le temps accordé pour accomplir ces fonctions, le corps dispose de plus ou moins de temps pour la réparation tissulaire. Lorsque le temps de sommeil est supérieur à la dose habituelle, le corps reconnaît la disponibilité qui lui est accordée pour prolonger le vrai travail thérapeutique. Il se met alors en mode rénovation pour générer une santé optimum.

 








    La cure de sommeil induite artificiellement par des médicaments consiste à endormir le patient durant plusieurs jours sans réveil. Cette technique sous supervision médicale se nomme narcose profonde et prolongée. Le médecin utilise alors des hypnotiques divers et des tranquillisants pour la maintenir. 

    Il existe aussi la cure de sommeil naturelle. Sa formule est simple et n'exige aucune supervision. Elle consiste à s'octroyer une période de repos prolongé que l'on choisit de faire chez soi ou dans un lieu propice à la détente. Elle est une sorte d'auto-thérapie douce qui permet au corps de se régénérer par lui-même. Elle fait partie de nos moyens naturels de cultiver la santé. L'enfant le sait par instinct. Il dort plus longtemps et refuse de manger lorsqu'il est malade, fiévreux ou qu'il couve un rhume. Son corps lui dicte ainsi la meilleure chose à faire. Grâce au repos prolongé, l'enfant permet à son organisme de combattre l'infection, d'éliminer l'envahisseur microbien ou viral et de se refaire des forces.

  Chez l'adulte, l'une des principales raisons pour pratiquer la cure de sommeil est l'augmentation des cas de fatigue chronique, d'épuisement professionnel, de pathologies physiques et mentales. Les conditions de la vie moderne sont propices à créer un manque de sommeil tellement grand que parfois, seule une cure de sommeil permettra de neutraliser ses effets dommageables. Est-il nécessaire de tomber malade pour rester au lit et dormir plus longtemps qu'à l'habitude ? Faut-il attendre que le corps démissionne et que l'esprit dérape pour s'accorder un temps de repos prolongé? 

Voici donc différentes formules selon la disponibilité et l'urgence du moment : la mini-cure occasionnelle facilement accessible le week-end et la cure régulière qui sera saisonnière ou annuelle. 


   Courte et efficace  : Une cure de sommeil brève consiste à dormir une douzaine d'heures d’affilée pendant une ou deux nuits de suite. Peu importe que le sommeil soit continu ou fragmenté. Rester au lit, sans dépenser d'énergie, permet au corps de reconnaître la possibilité qui lui est offerte de poursuivre le travail déjà amorcé par le sommeil régulier. En dormant plus longtemps qu'à l'habitude, un nettoyage en profondeur s'amorce afin d'éliminer les déchets dus à notre alimentation industrielle remplie de produits toxiques (colorants artificiels, additifs chimiques, pesticides, etc.). La réparation tissulaire est aussi augmentée par cette disponibilité énergétique. Les cellules endommagées sont remplacées par de nouvelles dans le but de maintenir la tonicité des tissus et les organes sont régénérés afin de restaurer notre vitalité.

    Le métabolisme étant au repos, l'énergie de guérison s'active. 

   Durant les jours de congé ou le week-end, la mini-cure peut s'organiser dans le sens inverse. On va au lit à l'heure habituelle, mais le lever du lendemain est plus tardif puisqu'il n'est pas nécessaire de se rendre au travail. C'est ce qu'on appelle faire la grasse matinée. Il est très important de ne pas se sentir coupable de rester au lit et de savourer le plaisir de dormir plus longtemps

















   Longue et profonde :  Une cure plus longue peut être pratiquée sur trois jours consécutifs ou idéalement une semaine complète. Un cycle de sept jours apporte des résultats intéressants. Cela représente une véritable vacance pour le corps. La durée de la cure varie selon le type de dormeur. Le temps de sommeil curatif pour un petit dormeur peut se situer entre neuf et dix heures tandis que celui d'un gros dormeur s'étalera sur treize à quinze heures. Voici un exemple pour la moyenne des gens avec le modèle de douze heures.

   Le couche-tôt pourra choisir l'horaire de 21 h à 9 h du lendemain. Le couche-tard se sentira à l'aise d'opter pour l'étalement de minuit à midi. Tout autre moment entre ces deux horaires est valable pour autant que la durée soit plus longue que le temps normal de sommeil.   

   Vais-je réussir à dormir douze heures d'affilée pendant une semaine complète ? La réponse est simple : oui si on a une dette de sommeil (épuisé ou surmené), si on est malade (enrhumé, grippé, fiévreux) ou si on se sent déprimé (fatigue émotive ou mentale). Sinon, le repos sera entrecoupé de moments d'éveil. Il suffit alors de rester au lit et de savourer ces instants pour se prélasser confortablement dans le lit en attendant qu'un nouveau cycle de sommeil arrive afin de compléter le temps planifié. 

   Il est à noter que peu importe si on dort profondément, légèrement ou pas du tout, le simple fait de rester allongé dans l'obscurité (de nuit) ou la pénombre (de jour), permet au corps de poursuivre le travail de régénération amorcé par les premiers cycles de sommeil qui correspond à notre durée habituelle. Ainsi, les heures de sommeil supplémentaires ont un effet cumulatif et permettent au processus de guérison naturelle de se mettre en œuvre, grâce au métabolisme ralenti par l'immobilité. 

 

Réf. : « Dormez-vous- assez? », Éd. Flammarion Québec 

 22-04-2013 
Articles associés :