Trouver la santé et
le bien-être d'une
manière naturelle

COMPRENDRE LA METHODE HOMEOPATHIQUE (suite 3)

LA FORCE VITALE

   Hahnemann reconnait l’existence d’un principe vital, d’une force de vie, d’une énergie qui assure la permanence de l’être vivant, et maintient l’organisme en bonne santé. Cette force imprègne l’individu dans sa totalité, le contrôle, coordonne et unit les fonctions des différents organes. Sans cette force vitale l’organisme est incapable d’assurer sa propre conservation.

   La présence de cette force différencie le vivant du non vivant.

 









   La notion de cette force vitale détermine la conception hahnemannienne de l’état de santé et de la maladie.

   1° Dans l’état de santé, cette force maintient l’harmonie fonctionnelle et réactionnelle de l’être vivant. L’état de santé correspond à un état harmonieux, équilibré de l’énergie de l’organisme. C’est un état d’existence auquel participe l’individu par sa totalité psychique et somatique. Il vit en harmonie avec lui-même et le monde environnant, il n’a aucune sensation désagréable et toutes ses fonctions organiques et psychiques s’effectuent correctement, de façon à assurer la poursuite de la vie, il se sent bien dans sa peau, en un mot il est heureux.

 










   2° La maladie, elle, se définit également comme un état d’existence dans lequel se trouve l’individu dans sa totalité somatique et psychique. L’être humain dans son entièreté participe à cet autre état d’existence où l’énergie se trouve cette fois déséquilibrée et n’assure plus le fonctionnement harmonieux de l’organisme qu’elle dirige.

   La maladie est un état différent de l’énergie vitale qui cette fois conditionnera un fonctionnement disharmonieux de l’organisme.

   L’énergie vitale déséquilibrée va manifester son dérèglement par des effets pathologiques que nous appelions des symptômes, l’ensemble de ces symptômes constituant les maladies.

   Le déséquilibre de l’énergie vitale se manifestera d’abord par des symptômes sensoriels (on se sent moins bien, des sensations désagréables apparaissent) ensuite apparaîtront des symptômes fonctionnels (les organes fonctionnent moins bien, leur fonction est perturbée) et finalement des symptômes lésionnels qui seront objectivables par les moyens d’investigation.

   Dans la conception hahnemannienne de la maladie la lésion organique est l’aboutissement de la maladie et non pas sa cause.













   Cette notion est très importante car il en découle qu’un traitement de la lésion seule ne peut pas ramener l’état de santé, il correspond seulement à la suppression d’une conséquence de la maladie initiale mais il ne corrige pas le déséquilibre de l’énergie vitale, qui est la véritable maladie à guérir.

   Le déséquilibre de l’énergie se manifeste toujours en même temps sur le plan physique et sur le plan psychique car la force vitale anime ces deux plans. Chez tout malade on trouvera et on devra rechercher à la fois des symptômes physiques et psychiques, c.à.d. les modifications de son état physique et de son état psychique qui surviennent lorsqu’il est malade.

   Dans ce sens on peut dire que toute maladie est psychosomatique, psychisme et physique étant «consubstantiels».

 Source: Dany Bucken (cours d'Homéopathie à l'Ecole Belge d'Homeopathie)

 23-05-2013 
Articles associés :