Trouver la santé et
le bien-être d'une
manière naturelle

 26-11-2013 

 Comment lutter contre l'insuffisance veineuse?

 

            Les troubles circulatoires des jambes 

    Les veines sont les vaisseaux par lesquels le sang retourne vers le cœur. Par rapport au circuit « aller », le circuit de retour est par intermittence plus difficile, car il est dirigé « vers le haut ». La circulation des membres inférieurs vers le cœur est entravée et ralentie par la pesanteur.

   Signalés par les jambes lourdes à la préoccupante phlébite, les troubles veineux des membres inférieurs touchent un grand nombre de personnes. 

   









    La Phytothérapie et l’homéopathie sont à leur service.

   Dans le domaine des troubles circulatoires des jambes, s’il est incontestable que l’on peut, chez la femme, mettre en cause le système hormonal et les transformations physiologiques qu’il entraîne, il n’est pas le seul responsable.

   La vie sédentaire, les mauvaises postures et le surpoids sont des facteurs lourdement aggravants. 

   Contre tous ces dangers, la diététique et un bon exercice physique constituent autant de réponses adaptées au problème.

 

            LA PHYTOTHERAPIE

   Le premier médicament allopathique contre les problèmes veineux était à base d’extraits végétaux, notamment de Fragon Epineux. Ce qui prouve bien que les plantes sont remarquablement efficaces dans ce domaine.

          Le marron d’Inde 

   L’utilisation des graines, des fleurs et de l’écorce de cet arbre ornemental Aesculus hippocastanum, bien connu dans le traitement des troubles veineux remonte à plusieurs siècles.

   L’indication générale du marron d’inde est l’insuffisance veineuse. Il améliore la tonicité des parois aussi bien des veines que des capillaires.

   De nombreuses études cliniques ont montré son efficacité. Il est considéré comme la base de tout traitement des troubles veineux.

         La vigne rouge

   Elle est utilisée depuis l’aube de l’humanité. Outre sa richesse en antioxydants, l’extrait de pépin et de peau de raisin traite les troubles veineux. Quant à la feuille, elle est surtout intéressante pour sa richesse en flavonoïdes.

   Les études cliniques ont démontré son action sur l’insuffisance veineuse et les varices, soulagement de la douleur, diminution de l’œdème, amélioration de la sensation de jambes lourdes et des impatiences (jambes sans repos), etc.

              Le Fragon épineux 

    Le Fragon épineux provient des régions méditerranéennes; sa substance active est principalement un flavonoïde, la ruscogénine.

    Le Fragon agit surtout sur la tonicité des parois veineuses. Les études cliniques récentes ont mis en évidence son action dans l’insuffisance veineuse et sur les symptômes associés : œdèmes, engorgement lymphatique, crampes, douleurs.


            L’HOMÉOPATHIE

    L’homéopathie permet un traitement de fond, indispensable si on veut guérir en profondeur.

    Elle est particulièrement recommandée en période de grossesse, période de vie d’une femme qui voit souvent surgir ou s’aggraver les problèmes veineux.

    Pour que le traitement soit vraiment efficace, il est recommandé de consulter un homéopathe dont la qualité de médecin, lui permettra d’évaluer les risques de complications éventuels.

    Les remèdes indiqués ici à titre indicatif peuvent vous permettre d’agir dans l’attente de la consultation. Ils sont à utiliser en fonction des symptômes observés. 

    - Si vous êtes facilement sujets aux «bleus», notamment au niveau des jambes :Utilisez Arnica montana 7 CH

    - Si vous êtes sujet aux bleus, et de plus votre peau est sèche, fragile : Lachesis mutus 5 CH 

    - Si vous observez sur vos jambes de petites varicosités, c’est-à-dire des capillaires apparents sous la peau, et qu’elles sont douloureuses. C’est le signe précurseur de varices : Hamamelis virginiana 5 CH 

   - En cas de petites varicosités associées à des varices volumineuses, tortueuses, et de jambes lourdes améliorées par le froid : Calcarea fluorica 5 CH 

   - Les veines sont gonflées, bleutées, douloureuses à la pression, vous avez peut-être aussi des hémorroïdes : Aesculus hippocastanum 5 CH 

   - Vos varices sont douloureuses, surtout après l’effort physique : Bellis perennis 5 CH

   - Vos jambes sont marbrées, les veines dilatées, bleutées, douloureuses au toucher et améliorées par le froid: Pulsatilla 7CH 

   - En cas d’œdème des jambes, surtout au niveau des chevilles, les varices menacent : Kalium carbonicum 5 CH 

   - Si l’œdème des chevilles est amélioré dès que les jambes sont surélevées : Vipera redi 5 CH

   Prenez ces médicaments homéopathiques à raison de 3 granules matin et soir. 

   Ne prolongez jamais plus de 2 mois sans avis médical et notez vos symptômes et vos aggravations ou améliorations en vue de la consultation.


              LE THERMALISME 

    Des cures thermales spécifiques sont recommandées, tant par l’action bénéfique de l’eau thermale que par les soins qui sont proposés dans les centres : natation, massages, drainage lymphatique, etc.

    Qu’il s’agisse du stade des varicosités, des varices débutantes ou tout simplement des jambes lourdes, le drainage lymphatique est un élément de traitement important, qui procure soulagement et bien-être.

   Ce massage très particulier, qui nécessite une bonne connaissance de l’anatomie et de la physiologie, stimule la circulation de la lymphe et facilite l’élimination des déchets.

   C’est une réponse thérapeutique directe à l’œdème (stase de la lymphe dans les tissus).

 

              LES THÉRAPIES COMPLÉMENTAIRES

         Les vitamines : 

    Veillez à un apport suffisant en vitamine C qui est vraiment «la» vitamine de la circulation. Idéalement associée à un complément multivitaminé à base des vitamines du groupe B

         L’oligothérapie

    Chaque mois, faites une cure de 20 jours alternant de manganèse-cobalt, le premier mois, et de manganèse-cuivre-cobalt l’autre mois.













                          La phlébite, un risque majeur

    La phlébite est une complication des troubles veineux qui nécessite impérativement un suivi médical. 

    Les risques sont trop importants pour que l’on puisse seulement envisager l’automédication. On considère que la phlébite concerne une personne sur mille. 

    Il y a phlébite quand se forme un caillot sanguin dans une veine, le plus souvent d’une jambe, dans un contexte inflammatoire. Les facteurs déclenchants les plus fréquents sont liés à l’immobilité suite à des opérations, immobilisation par un plâtre, grossesse difficile, vols en avion sans bouger etc.

    La phlébite superficielle, affectant une veine superficielle, souvent à la suite de varices mal ou pas soignées, peut se compliquer en phlébite profonde. 

    Ses symptômes : la veine est rouge et dure, la rougeur pouvant s’étendre sur la peau, douloureuse au toucher, parfois enflée. Son traitement : le repos, avec élévation de la jambe et application de compresses tièdes locales. Le médecin jugera des médicaments â adjoindre.

    La phlébite profonde, quant à elle, touche une veine profonde, souvent au niveau du mollet, dont le débit est plus important. C’est généralement elle qui est à l’origine de troubles cardiaques pouvant être mortels. Car le caillot peut se détacher, migrer par le flux sanguin jusqu’au cœur où il risque de bloquer une artère, notamment l’artère pulmonaire : c’est l’embolie pulmonaire. 

    Ses symptômes : la personne a une sensation de chaleur et de douleur locales, l’enflure est plus importante, la peau est rouge. Tous ces symptômes doivent vous faire consulter d’urgence. Son traitement médical est indispensable. Les médicaments sont souvent injectés dans la veine pour dissoudre le caillot. Des médicaments par voie générale sont souvent associés et si le caillot résiste, la chirurgie peut être envisagée.