Trouver la santé et
le bien-être d'une
manière naturelle

         
       Comment éviter les jambes lourdes pendant la chaleur ? 

 
    Pendant la saison chaude, rares sont les personnes qui ne soient, à un moment ou à un autre et à divers degrés, touchées par le phénomène des «jambes lourdes».  
 





































    L'été est le temps des troubles circulatoires, qu'ils se manifestent par une simple sensation de pesanteur et de fatigue... ou par un œdème.

    Ce phénomène est l'expression d'une insuffisance veineuse et lymphatique, autrement dit d'un ralentissement de la circulation de retour. Il est à prendre au sérieux, car symptomatique de ce que l'on appelle communément la maladie veineuse, et annonce un terrain favorable au développement de varices.

    Mais si la chaleur constitue un important facteur déterminant ou aggravant, elle n'est pas, loin s'en faut, seule en cause dans les jambes lourdes. Sinon, comment expliquer que les femmes sont trois fois plus nombreuses à être touchées que les hommes?  

 
           LA CHALEUR N'EST QU'UN FACTEUR PARMI D'AUTRES  
 
    La chaleur provoque une dilatation des veines et un ralentissement du flux sanguin.

    Contraint à faire du sur-place, le sang a alors tendance à stagner à l'intérieur des tissus. Outre le gonflement qu'il provoque, notamment au niveau des chevilles, cet excès de liquide exerce une compression sur le système veineux freinant la circulation de retour.

    Le fait que les femmes s'exposent davantage que les hommes aux sources de chaleur intense, par le bronzage, les épilations à la cire chaude, les bains et enveloppements amincissants chauds, etc., n'a qu'une incidence accessoire sur les jambes lourdes.

    Ce qui, en réalité, est mis en cause est le taux de graisse dans l'organisme, qui, chez la femme, est plus élevé que chez l'homme : 20 à 25 % contre 10 à 15 %. Pourquoi ?  

    Parce que, plus la masse graisseuse est importante, plus la rétention d'eau dans les tissus est favorisée, notamment dans le bas du corps, ce qui ralentit d'autant la circulation de retour à ce niveau.  

    Le facteur hormonal est aussi déterminant. Dans leur paroi, les veines possèdent des récepteurs hormonaux, d'où leur grande sensibilité aux modifications survenant lors de la puberté, de la ménopause et surtout de la grossesse à cause du surpoids jouant directement sur les jambes lourdes.

    Enfin, différents autres facteurs, communs aux deux sexes, prédisposent à ce mal, à commencer par l'hérédité, chacun naissant avec une plus ou moins grande fragilité capillaire inscrite dans son patrimoine génétique.

    Certaines professions, comme coiffeuse, serveuse, etc., qui exigent de longues stations debout, sont particulièrement exposées.  

    La surcharge pondérale, la sédentarité, le manque ou l'abus d'exercices physiques, la mauvaise alimentation, le port de vêtements trop serrés sont aussi à incriminer, mais ces causes sont faciles à supprimer.  

























 
           DES EXERCICES PHYSIQUES DOUX  
 
    Eviter les longues expositions solaires pendant les vacances ne suffit pas.

    La prévention des jambes lourdes est une affaire de tous les jours tout au long de l'année.

    Il faut, autant qu'il est possible, rompre l'immobilisme des stations debout ou assises par des petits déplacements qui dégourdissent les jambes, faire régulièrement de l'exercice et avoir des activités sportives, mais raisonnablement. Le sport peut être aussi bénéfique que préjudiciable à trop forte dose.  

    Privilégiez les sports faisant travailler en synchronisation les muscles avec les mouvements respiratoires, notamment la natation, la bicyclette et, surtout, la marche à pied, le meilleur et le plus recommandable des exercices pour stimuler la circulation de retour, car en plus de cette action synchrone, elle imprime un rythme régulier au mécanisme de pompage assuré par la pression de la plante des pieds sur le sol.  

    Au contraire, les sports comme le tennis ou le squash sont déconseillés aux personnes sujettes à l'insuffisance veineuse, car les contractions musculaires se produisent en situation de respiration bloquée ou en apnée à glotte fermée, et ce blocage de la respiration exerce une hyperpression veineuse et stoppe la circulation de retour. Il en est de même des sports qui imposent un piétinement continuel, comme le ping-pong, le volley ou l'escrime.  
 
 

               Cinq plantes pour soulager les jambes  

  • Le fragon : Son rhizome renferme des saponosides stéroïdiques dont l'action vasoconstrictrice est particulièrement salutaire sur les jambes lourdes. A utiliser aussi la rutine, un hétéroside qui, par son activité vitaminique P, améliore la résistance des vaisseaux capillaires.  
  • La vigne rouge : Ses feuilles renferment des anthocyanosides, puissants facteurs vitaminiques P qui diminuent la perméabilité des capillaires et augmentent leur résistance, évitant ainsi la stase veineuse. Cette action angioprotectrice est renforcée par la présence de tanins astringents et vasoconstricteurs qui favorisent le retour veineux. Parmi ces tanins, les proanthocyanidols se distinguent par une action antioxydante et stabilisatrice du collagène présent dans les membranes des vaisseaux.  
  • L'hamamélis : Comme celles de la vigne rouge, ses feuilles sont très riches en proanthocyanidols, mais aussi en flavonoïdes, facteurs vitaminiques P qui améliorent la résistance des vaisseaux capillaires et remplissent une fonction antioxydante majeure. Cette double action se traduit également par un effet anti-inflammatoire permettant de résorber les œdèmes.  
  • Le marronnier d'Inde : Son écorce contient de l'esculoside, un hétéroside coumarinique caractérisé entre autres par une activité vitaminique P. Cette action est complétée par celle des flavonoïdes, anti-inflammatoire et vasoconstrictrice.  
  • Le ginkgo biloba : Les glycosides de flavonols, les proanthocyanes, les ginkgolides et le bilobalide qu'il renferme lui confèrent une quadruple action bénéfique sur les jambes lourdes : effets hémodynamiques sur l'ensemble de l'arbre vasculaire, rhéologiques sur la microcirculation, anti-œdémateux et anti-inflammatoire. 
 
 
           LA DIÉTÉTIQUE ET LES RÈGLES D'HYGIÈNE  
 
    Les règles diététiques à observer pour ménager les jambes sont pratiquement les mêmes que celles s'appliquant à un régime amincissant.

    Plus spécifiquement pour les jambes, il est conseillé d'éviter avant tout l'alcool et le tabac, et d'intégrer des aliments riches en vitamines C, E et P (bioflavonoïdes), nutriments antioxydants protecteurs de la paroi des veines et des vaisseaux capillaires.  

    Renoncez aux vêtements et sous-vêtements trop serrés, aux chaussures trop étroites, aux talons trop hauts et tout ce qui en comprimant les chairs fait obstacle au bon cheminement de la circulation de retour.

   Lorsque les jambes sont mises à mal par une vie trop sédentaire ou, au contraire, trop active, le port de bas ou collants de maintien est vivement conseillé ; ils les soulagent tout en les gainant élégamment, joignant ainsi l'utile à l'agréable.

   Enfin, à toutes ces recommandations s'ajoute celle de dormir dans un lit au pied surélevé d'environ 5 cm par rapport à la tête, c'est beaucoup plus sain pour le dos que de glisser un coussin sous le matelas.  

 


           LES VEINOTONIQUES NATURELS  
 
   À titre préventif ou pour soulager les jambes lourdes en période de crise, la phytothérapie s'impose.

   Le fragon, la vigne rouge, le marronnier d'Inde, l'hamamélis et le ginkgo biloba, réputés pour leurs bienfaits sur la circulation en général, répondent efficacement aux troubles générés par l'insuffisance veineuse. 
 
   On procure un immense bien-être aux jambes lourdes et fatiguées en prenant, le soir, des bains veinotoniques aux huiles essentielles. Dans un bain tiède à 35-36°C, qui à cette température a un effet décongestionnant, on ajoute des huiles essentielles, par exemple de citron, d'ylang-ylang, de lavande, de cyprès. Pour accompagner leur action, procédez dans le bain à un drainage des jambes par des massages glissants de la cheville vers l'aine.  

    Au sortir du bain, poursuivez cette opération stimulante par une brève douche froide dirigée sur les jambes, puis par un essuyage, toujours en remontant, comme pour accompagner le sang vers le cœur.  
 
   Donc en résumé : La chaleur de l'été n'est qu'un facteur parmi d'autres favorisant les jambes lourdes dues à une insuffisance veineuse touchant surtout les femmes. Pour y remédier, des exercices doux, une alimentation riche en vitamines et bioflavonoïdes, ainsi que des phytothérapiques comme le fragon, la vigne rouge, l'hamamélis, le marronnier dinde ou le ginkgo biloba sont indispensables.


 31-07-2016