Trouver la santé et
le bien-être d'une
manière naturelle

                LES SEPT ETAPES DE LA MALADIE

                                  (selon la Philosophie de la Médecine d’Extrême-Orient de G. OHSAWA)











                            1) Vie indisciplinée

   Il ne s’agit pas de l’indiscipline comme on l’entend habituellement, mais bien du "viol", conscient ou inconscient, des lois naturelles. La discipline est engendrée par l’étude, la compréhension et le respect de l’Ordre de l’Univers qui est l’ensemble des lois auxquelles est soumis notre monde. L’homme dans son ignorance de ces lois, ne pourra réagir favorablement aux agressions pour lesquels il n’est pas programmé.

                             2) Bas jugement

   Lors d’une première lecture de ce tableau des étapes de la maladie, on est étonné d’y trouver à la deuxième place notre “bas jugement”.

   Que faut-il comprendre par “bas jugement” dans ce contexte ci ?

  J’y ai beaucoup réfléchi, j’ai entendu beaucoup de versions ; certains même ont réduit cette étape de la maladie à un manque de discernement uniquement dans le choix des aliments. Je pense qu’au lieu de limiter la question, il faut plutôt l’élargir.

  J’entends par “bas jugement” une prédominance d’une des six premières étapes de jugement (mécanique, sensoriel, sentimental, intellectuel, social ou idéologique) sur notre jugement suprême (nos plus hautes facultés de juger). Les jugements inférieurs sont toujours limités, incomplets et dualistes. Seul notre jugement suprême, qui englobe les jugements inférieurs et qui en est en quelque sorte une synthèse, peut être entier et moniste.

   On pourrait ainsi traduire “bas jugement” par “dualisme” ou “manque d’universalité”. 

  Le bas jugement implique ainsi une incapacité de tenir compte de l’ensemble des phénomènes qui permettent la découverte de la réponse juste ou de la solution véritable.

   Les bas jugements prédominèrent lorsque l’homme dut surmonter les conditions d’existence pénibles qui furent les siennes tout au long de son évolution.

   Sur base de ces deux premières étapes, on pourra déduire que l’homme est essentiellement malade, qu’il le sache ou non, comme l’exprime Jules Renard dans son célèbre “Docteur Knock” : 

                                         “Tout homme est un malade qui s’ignore”

   Cette conclusion, nous montre un aspect tout à fait différent de ce qu’est la maladie en réalité. Contrairement à ce que son étymologie nous incline à penser, la maladie serait un des plus grands bienfaits ! Elle serait un élément indispensable à notre évolution..., à notre réveil..., à l’éveil de notre conscience.

  On a pu d’ailleurs souvent constater que l’homme en bonne santé, c’est-à-dire qui ignore qu’il est malade, ne s’interroge pas sur les grandes questions de l’existence. Alors, qu’au contraire, l’homme malade découvre souvent la philosophie ou la religion ou tout au moins une facette de la vie qu’il ne soupçonnait même pas auparavant.

                                3) Déséquilibre du sang

  L’homme, dans l’ignorance des lois qui le régissent, va réagir aux conséquences des deux premières étapes de la maladie (fatigue. idiotisme, épilepsie, etc.).

   Pour ce faire, il va abuser de ce qu’il croit “bon pour lui”. Bientôt, ces excès vont entraîner un déséquilibre du sang.

   Notre alimentation, comme tout en ce monde, est constituée des deux forces créatrices antagonistes-complémentaires Yin (centrifuge) et Yang (centripète). L’abus d’aliments où la prédominance de Yin ou de Yang est trop manifeste par rapport à notre équilibre créera, un jour ou l’autre, un déséquilibre du sang qui se manifestera par des vomissements, diarrhées, etc. 

   Notre sang est une réplique du milieu qui permit l’émergence de la vie en ce monde : la mer. La mer est notre mère ! Ce phénomène de création de la vie a demandé une vaste quantité de conditions pour se manifester. Cela continue dans notre corps, puisque les cellules se renouvellent sans cesse grâce à notre sang élaboré à partir de notre nourriture.

   Ceci explique l’importance de l’alimentation !

   Voilà pourquoi un changement radical d’alimentation peut accomplir des « miracles » !

   Dans le prochain article: les étapes de 4 à 7.

 30-04-2013