Trouver la santé et
le bien-être d'une
manière naturelle

Comment communiquent les hormones et les neurotransmetteurs avec les cellules ? 

   Aujourd'hui, je pensais faire une petite leçon de biochimie pour vous aider à comprendre comment l'information est communiquée dans notre corps, et la façon dont l'information se traduit par l'activité cellulaire.

   Du bon fonctionnement de ce système de communication dépend la bonne santé des cellules, et donc de l’organisme tout entier. Quand il ya un problème dans le système de communication, la cellule ne reçoit plus de message correct, par exemple pour arrêter autoréplication cellulaire, et quelque temps plus tard un désordre cellulaire tel un cancer peut survenir.

   La plupart de ces communications se produisent en dehors de notre esprit conscient, mais dès que nous comprenons le mécanisme, il est possible pour d'avoir consciemment une certaine influence sur le système.

  Nos corps sont constitués de divers types de cellules (cellules sanguines, cellules nerveuses, cellules musculaires, cellules osseuses, cellules cutanées etc.), et chaque cellule contient sur sa surface, des centaines de milliers à des millions de ce qu’on appelle des récepteurs. Ces récepteurs sont des molécules composées de protéines qui agissent comme trous de serrure et qui donnent accès à la cellule lorsque la bonne clé est insérée correctement.







   Différents types de récepteurs ont besoin de différents types de clés. Selon sa particularité, une cellule peut avoir 50.000 récepteurs d'un type, et 10.000 d'un autre type, tandis qu'une autre cellule pourra contenir d’autres proportions et d’autres types de récepteurs.

   Chaque cellule contient au moins 70 types différents de récepteurs à sa surface, et d’autres récepteurs supplémentaires se découvrent fréquemment.

   Candace Pert, un neuroscientifique américain qui a fait son doctorat à l'Université Johns Hopkins, a travaillé à l'Institut national de la santé à Washington DC pendant 12 ans, et a été rendu célèbre par sa découverte du récepteur aux opiacés dans le début des années 70. Il décrit comment les récepteurs attendent les petites "clés" chimiques pour recevoir les messages et comment celles-ci circulent librement dans les fluides qui entourent les cellules.











  Ces clés sont appelées ligands chimiques, et ils se lient sélectivement à leur récepteur particulier à la surface cellulaire. Ces clés peuvent prendre trois formes: les neurotransmetteurs comme l'histamine, la sérotonine, la dopamine, la noradrénaline et qui transportent l'information d'une cellule nerveuse à l'autre.

   La deuxième catégorie de clés est celle des stéroïdes comme les œstrogènes, la progestérone, la testostérone et le cortisol, qui tous sont fabriqués à partir du cholestérol.

   La troisième catégorie est celle que forme la plupart des hormones comme l'insuline, le glucagon, la mélatonine, l'hormone de croissance et la prolactine entre autres. Cette catégorie de protéine est chargée de gérer la quasi-totalité des fonctions cellulaires dans le corps.

  Comment cela fonctionne-t-il? Candace Pert donne une excellente description dans ses livres concernant les molécules de l'émotion : Si la cellule est le moteur de toute vie, alors les récepteurs sont les boutons sur le tableau de commande de ce moteur, et une protéine spécifique est le doigt qui appuie sur ces boutons ce qui déclenche l’action.

   La protéine correspond à la clé dans la serrure du récepteur et elle délivre son message. Le récepteur transmet ensuite le message à l'intérieur de la cellule, et la cellule effectue l'action demandée par la protéine.

   Par exemple, lorsque l'insuline se lie au récepteur de l'insuline sur une cellule de graisse, le sucre est transformé en graisse. Lorsque l'insuline se lie au récepteur de l'insuline sur une cellule du foie, le sucre est converti en glycogène.

   En plus du système nerveux, le système de communication chimique du récepteur et de la clé peut être justement considéré comme un réseau de base de la communication, qui relie toutes les parties du corps à toutes les autres parties du corps, un peu à l’image du réseau d’Internet.













   Etant donné que les cellules ne cessent de se remplacer quotidiennement, vous comprendrez combien il est crucial que ce système de communication soit alimenté par les nutriments de bonne qualité?

   En consommant des acides gras trans d'origine technologique (hydrogénation des huiles végétales qui permet de transformer les graisses de l'état liquide à l'état solide), le corps est dupé en pensant que nous avons mangé des acides gras saturés type beurre, et il intègre les acides gras trans dans la membrane cellulaire. Mais comme les acides gras trans ne sont pas des graisses saturées, la messagerie cellulaire essentielle ne fonctionne plus correctement.

   Lorsque nous mangeons de la viande chargée d’antibiotiques et d’hormones, ceux-ci vont interagir avec nos récepteurs et déséquilibrer nos cellules de manière à leur faire faire des choses qui ne correspondent plus à leur rôle naturel.

  De nombreuses toxines dans notre environnement peuvent ainsi faire des ravages dans nos cellules

      - en empoisonnant nos récepteurs, comme les xéno-œstrogènes présents dans les plastiques qui peuvent se lier aux récepteurs d'œstrogènes,

      -en restant en suspension dans les membranes cellulaires provoquant des changements chimiques des récepteurs ce qui a comme conséquence d’envoyer des faux messages, comme ce qui se passe lorsque les métaux lourds et les dioxines présents dans les herbicides et les pesticides entrent dans notre système cellulaire ou lorsque nous les respirons ou lorsque nous les consommons avec notre nourriture.

 2-02-2013