Trouver la santé et
le bien-être d'une
manière naturelle

 

Les sels de Schüssler (2e partie)

   Les sels de Schüssler comptent parmi les meilleures biothérapies, au côté de l’homéopathie, de la lithothérapie ou de la phytothérapie.

   C’est un médecin homéopathe, le docteur Wilhelm Schüssler, qui, en 1872, créa une nouvelle méthode médicale, qu’il appela tout d’abord : "Thérapeutique biochimique", avant qu’elle ne passe à la postérité sous le nom éponyme de "Sels de Schüssler" .

   Ces sels minéraux de Schüssler, au nombre de douze, furent choisis comme base thérapeutique pour avoir été décelés dans l’organisme humain, à partir des analyses réalisées à l’époque.

           SUITE de la première partie : "Les sels de Schüssler (1ère partie)"


              4/ Phosphate de fer ( Ferrum phosphoricum )  :

   On connaît l’importance du fer. Une carence de fer dans le sang, et la santé est gravement en danger ! Aussi conseille-t-on de prendre du phosphate de fer presque systématiquement en cas de fièvre ou de malaise et plus particulièrement en cas de : maux de tête congestifs, hémorragies, inflammations, apoplexie, congestion pulmonaire, pneumonie, arthrite, varices, rhumatismes, tendance aux rhumes

 












              5/ Chlorure de potassium ( Kalium muriaticum )  :

   Attention : le chlorure de potassium n’est pas le chlorate de potassium. Ce chlorure de potassium a pour fonction de maintenir le taux de fibrine dans le sang, en association avec l’oxygène et les albumines.

   On l’indiquera en cas de : paresse hépatique, cystite chronique, inflammation rénale, excès d’acide urique, menstrues irrégulières, gencives gonflées, asthme, embolies, goutte, anthrax…

 

              6/ Phosphate de potassium ( Kalium phosphoricum )  :

   Le champ d’action de ce sel est le système nerveux central. Aussi trouve-t-il tout naturellement sa parfaite indication lorsqu’il y a fatigue physique et cérébrale, ou nervosisme et particulièrement dans le cas d’un « Burn out », très à la mode actuellement.

   On l’indique, plus précisément, en cas de : trac, timidité, pertes de mémoire, migraines, névralgies, vertiges, irritabilité, hystérie, dépression, anxiété, cyclothymie

 

              7/ Sulfate de potassium ( Kalium sulfuricum )  :

    Ce sel intervient dans le transfert de l’oxygène, notamment vers la peau et les cellules épithéliales. Sa carence est source de fatigue, frilosité, palpitations cardiaques, anxiété, tristesse, migraines, ou douleurs...

   On l’indique en cas de : peau sèche, lèvres sèches, soif, hémorroïdes internes, bronchites, enrouement, mastoïdite, sueurs froides, constipation chronique, maladies vénériennes

 

              8/ Phosphate de magnésium ( Magnesia phosphorica )  :

   On trouve avant tout ce sel dans les fibres nerveuses et musculaires, et en particulier les fibres blanches. Ce sont d’ailleurs ces dernières qui, en se contractant, provoquent des spasmes ou des crampes lorsque le Phosphate de magnésium vient à manquer dans l’organisme. On l’emploiera donc comme antispasmodique, éventuellement en association avec le Phosphate de calcium, s’il ne suffit pas.

   On l’indique dans les cas de : crampes, douleurs aiguës, migraines dues au surmenage intellectuel, névralgie auriculaire, maux de dents, constipation infantile, entérite, hémorroïdes, règles douloureuses, tremblements manuels, insomnie par excès de fatigue

 

                9/ Chlorure de sodium ( Natrum muriaticum )  :

   Avec le Phosphate de calcium, le Chlorure de sodium est le sel le plus présent dans l’organisme. En fait, ce sel agit sur toutes les fonctions organiques en association étroite avec l’eau. C’est dire son importance ! Et c’est dire également à quel point il participe à l’élimination des déchets.

   On l’indique en cas de : coups de soleil, delirium tremens, œdèmes des jambes et des chevilles, insomnie, soif, eczéma, fatigue du réveil, problèmes d’insalivation, cauchemars, maux de tête, névralgies oculaires, pellicules, dépression

 

            10/ Phosphate de sodium ( Natrum phosphoricum )  :

    Sel dont la carence est souvent à l’origine de l’excès d’acidité dans l’organisme, le phosphate de sodium trouve son utilité dans les cas de fermentations digestives et de dysfonctions biliaires.

   On l’indique lorsqu’il y a : constipation, acidité, gastralgies, maux de tête d’origine hépatobiliaire, ulcères d’estomac, cystite, coliques infantiles, rachitisme (en association avec le Phosphate de calcium et le Phosphate de potassium), vers, arthrite (en association avec le Chlorure de potassium et le Silice)

 

            11/ Sulfate de sodium ( Natrum sulfuricum )  :

   La première fonction de ce sel consiste à équilibrer la répartition d’eau dans les tissus organiques, le sang et les fluides corporels.

  Il trouve ses indications dans les cas de : goutte, congestion hépatique, hépatisme, obésité, asthme, lourdeurs d’estomac, amertume dans la bouche, hypersensibilité du cuir chevelu, maux de tête accompagnés de vomissements, dépression…

 

            12/ Silice ( Silicea )  :

   Ce douzième et dernier sel est considéré comme “ le chirurgien du corps ”. 

  Aussi, sa carence entraîne le retardement de la suppuration et, par la même occasion, se trouve à l’origine de vives douleurs. De plus, selon le docteur Carey, “ une déficience de Silice produit une condition mentale qui rend la faculté de penser difficile et pénible ”.

   Il est donc indiqué en cas de : neurasthénie prolongée, abstraction mentale, perte des cheveux, petites tumeurs sur les paupières, cataracte, mastoïdite, pyorrhée, abcès du foie, prostatite, bronchite

 

Dosages

   Les sels biochimiques de Schüssler peuvent être administrés sans danger de manière préventive ou curative, ils ne comportent aucun risque et aucun effet secondaire. Ils sont parfaitement tolérés. 

  Les intolérants et allergiques au lactose et les personnes souffrant de troubles fonctionnels rénaux demanderont l'avis de leur médecin avant de prendre ces remèdes.   Pour favoriser la réussite du traitement, il est conseillé de renoncer aux substances suivantes : nicotine, alcool, sucreries, café en excès et de privilégier une bonne alimentation.

            Conseils d'utilisation et posologie :

   Les précisions concernant les quantités sont données à titre indicatif et correspondent à l'expérience acquise.

  Après une utilisation sur une période prolongée et une prise de conscience du mode d'action de ces substances thérapeutiques, les posologies peuvent bien entendu être adaptées. 

   Il convient toutefois de respecter le principe suivant : une posologie plus élevée ne provoque pas automatiquement un accroissement de l'effet souhaité.

 

             Traitement : 

      Nombre de comprimés/jour :

       Prévention : 4 – 6 comprimés 

       Affection chronique : 4 – 6 comprimés 

       Affection aiguë : 10 - 12 comprimés (ou plus, le cas échéant)

 

         Remarque : 

    Idéalement, on utilise uniquement un sel minéral, afin de pouvoir noter précisément la capacité de réponse ciblée à cette substance. 

   Lorsque plusieurs sels sont pris simultanément, il convient de faire varier la nature du sel minéral toutes les heures ou mieux tous les jours. 

   L'efficacité du traitement est encore meilleure, si l'on fait fondre les comprimés lentement dans la bouche.

   Il en est différemment pour les affections aiguës au profit desquelles le sel minéral peut être dissous, si besoin, dans un peu d'eau.

   Le "sept chaud" (no 7, Phosphate de Magnesium) pour le traitement des douleurs et des spasmes est dissous dans de l'eau chaude et bu le plus chaud possible par petites gorgées.

 

Comment choisir le remède adapté ?

 

   L'automédication est possible, mais vous pouvez aussi faire appel à un médecin homéopathe ou un naturopathe pour qu'il vous conseille le ou les sels adaptés à votre affection ou votre état de santé. N'hésitez pas à consulter un professionnel de santé en cas de maladie grave ou si, malgré le traitement que vous avez choisi, vos troubles persistent.

  Ces sels peuvent être utilisés individuellement, en combinaison de plusieurs remèdes ou dans une préparation magistrale regroupant les 12 sels ensemble. 

Pour en savoir plus, je vous invite de lire ce livre très complet et facile d'accès:















   Si vous avez besoin de plusieurs remèdes biochimiques différents vous pourrez les alterner toutes les heures au cours de la journée ou un jour sur deux. 

   En cas d'affection aigues, les prises sont très rapprochées : entre 5 à 10 minutes pendant les deux premières journées. Les sels biochimiques peuvent être absorbés conjointement avec d'autres médicaments. 

   Gouttes, poudres ou comprimés peuvent être ajoutés dans un verre d'eau à boire par petites gorgées au cours de la journée.

   Prévoyez 10 comprimés dans ½ litre d'eau ou 30 à 50 gouttes par ½ litre d'eau. Ils peuvent également être mis à sec directement en bouche. Dans ce cas laissez fondre les comprimés lentement sous la langue sans les croquer.  

   Les sels de Schüssler peuvent s'utiliser dilués dans l'eau d'un bain (bain complet, bain de pieds ou de mains), par exemple 20 à 30 comprimés ou une centaine de gouttes (environ 3,5 ml.) pour un bain. 

   Les pommades ou crèmes commercialisées s'utilisent aussi en compléments de la prise de sels en bouche. 

   Vous pouvez également préparer une pâte en réduisant en poudre des cachets de sels et en les diluant dans un petit peu d'eau préalablement bouillie. Cette pâte s'applique sur les parties du corps à soigner.

 15-03-2015