Trouver la santé et
le bien-être d'une
manière naturelle

Comment prévenir et traiter les Coups de chaleur et de soleil? 
 
    Au cas où les précautions élémentaires n'auraient pas été prises, quels remèdes homéopathiques faut-il emporter pour faire face à tous les accidents que peuvent entraîner les surexpositions au soleil ? 
 
   « Coup de chaleur » ne doit pas être confondu avec « Coup de soleil ».
   Ce dernier résulte d'une exposition excessive à la lumière directe du soleil, alors que le premier est la conséquence de la chaleur rayonnante.  

    Les symptômes du coup de chaleur vont de la lassitude à la perte de connaissance, en passant par le malaise général, l'envie de dormir, la soif, la fièvre, le bourdonnement d'oreille, la prostration, les vertiges, les nausées et les vomissements.

    Les symptômes du coup de soleil, quant à eux, peuvent varier en fonction de la durée d'exposition, et aller d'une sensation légère de brûlure à une réaction bulleuse grave de la zone affectée. Plus précisément, on constate le plus souvent un rougissement accompagné d'une chaleur de la peau, mais aussi quelquefois l'apparition de cloques, des nausées ou des maux d'estomac, de la fièvre ou des frissons, des étourdissements, une éruption cutanée suivis , quelques jours plus tard, de la peau qui pèle.  

 
    Fréquemment, ces symptômes ne se manifestent que plusieurs heures après l'exposition et la brûlure jusqu'à 24 heures plus tard.

   Au-delà de la brûlure, les recherches ont démontré que la surexposition fréquente au soleil peut provoquer différents types de cancer, y compris le mélanome.

   Il ne faut pas oublier non plus que les enfants, les personnes âgées et les personnes à la peau claire sont généralement plus susceptibles d'attraper des coups de soleil.

   Précisons aussi que la peau peut être brûlée plus rapidement encore en cas d’utilisation de certains médicaments.  

 
                 LA PRÉVENTION  
 
    Toute personne sensible à la chaleur devrait systématiquement adopter une alimentation végétarienne - et même à tendance nettement fruitarienne - durant toute la saison estivale. Ceci rafraîchit l'intérieur du corps et ainsi permet de mieux faire face à la canicule extérieure... alors que l’abus d'aliments échauffants produit l’effet inverse.  

    Il paraît en effet évident que le mode d'alimentation prédisposant le plus aux coups de chaleur consiste à prendre le pastis à l'apéritif, manger copieusement des viandes en sauces midi et soir, et boire de la bière entre les repas. C'est là le modèle absolu à proscrire! 

    En revanche, il est recommandé de consommer en priorité de bonnes salades de légumes-fruits comme la tomate, le concombre ou le poivron, et des fruits de saison tels que le melon, la pêche, la prune, etc.

    La boisson idéale, quant à elle, devrait toujours être salée-sucrée, de type jus de fruit ou de légumes auxquels on aura ajouté une pincée de sel ou un filet de Tamari.

    A ces choix diététiques devront naturellement s'ajouter diverses mesures, telles que les bains et douches fraîches plusieurs fois par jour.

    Est aussi conseillé de veiller à une bonne ventilation de l'habitat, ainsi que le port de vêtements légers et ne serrant pas le cou, les poignets et la taille.

    Les coups de soleil, pour leur part, peuvent être évités en abandonnant l'habitude de s'exposer lorsque la lumière du soleil est intense, de 10 h à 15 h, en appliquant un écran solaire avant toute exposition, en ne s'exposant que très progressivement, en portant des chapeaux à larges bords pour protéger le visage, les oreilles et en restant particulièrement attentif près de l'eau, du béton et dans la neige qui réfléchissent tous le soleil et en intensifient les effets.

   Enfin, rappelons que les personnes souffrant de problèmes cardiaques, de troubles hépatiques ou rénaux, de fatigue générale, de tuberculose, de varices, ou celles qui suivent des traitements à base de sédatifs, de tranquillisants, neuroleptiques, antibiotiques, sulfamides, tétracyclines, hypo-glycémiants ou histaminiques, doivent s'abstenir absolument de ces bains de soleil qui, de toute manière, restent totalement antinaturels.  

 
                 LE COUP DE CHALEUR 
 
    En cas de coup de chaleur, le premier réflexe consiste à se mettre au frais.

    Mais attention : sans brusque transition il ne s'agit surtout pas de passer de l'asphalte brûlant d'une ville en pleine canicule à un intérieur réfrigéré par climatisation à 18°C.

    L'idéal est de se mettre à l'ombre, ou provoquer un léger courant d'air à l'intérieur de son logement, et bien sûr desserrer ou ôter ses vêtements et appliquer quelques compresses fraîches sur le visage, la nuque, voire la poitrine.

    En cas de soif intense, de l'eau sucrée et salée, à raison d'un verre ou deux, constituera un excellent remède.  

























    Toutefois, à ce remède il est possible d'ajouter quelques remèdes homéopathiques spécifiques tels que Glonoïnum 4CH, Belladona 4CH et Lachesis 5CH en les administrant avec un quart d'heure d'intervalle entre eux.

    En cas de nécessité, on prolongera le traitement avec Glonoïnum et Belladona alternés toutes les deux heures.

    Dans les cas beaucoup plus graves, y compris avec perte de connaissance, placer dans la bouche du malade cinq granules d'Opium 9CH puis trois granules de Glonoïn 4CH un quart d'heure après. On poursuivra, une heure plus tard, avec, en alternance, Glonoïn 4CH et Belladona 4CH toutes les heures, et l'on finira, quatre ou cinq heures plus tard, avec quinze gouttes de Soludor sur un morceau de sucre.

    Si le coup de chaleur laisse des traces, notamment de fatigue ou de dépression, durant les jours qui suivent, on prendra alors trois granules de Natrum carbonicum 5CH et trois autres de Gelsemium 5CH; une fois par jour.  

   Enfin, au cas où le coup de chaleur touchait un enfant ou un bébé et provoquerait chez lui de l'agitation, on ajouterait Chamomilla 5CH et Sédatif PC à Glonoïnum, Belladona et Lachesis, en alternance deux fois par jour.  
 
                 LE COUP DE SOLEIL 
 
    A la suite d'un coup de soleil, il faut avant tout appliquer des compresses très froides ou prendre un bain frais.

    Parmi les remèdes allopathiques les plus naturels, on peut utiliser la rondelle de pomme de terre ou la tranche de citron en applications externes sur les surfaces de peau brûlée.

























    Mais, fort heureusement, il existe aussi des médicaments homéopathiques tels que la pommade Homéoplasmine dont on recouvrira les parties atteintes, ou, en usage interne, Nicobion 500 dont on prendra un comprimé deux fois par jour, Glonoïn 4CH et Belladona 4CH dont on prendra trois granules toutes les deux heures en alternance.  

    Il va sans dire que si le coup de soleil s'accompagne d'un coup de chaleur on ajoutera à ce traitement les remèdes conseillés au chapitre précédent.

    A noter qu'il existe un médicament anthroposophique d'une très grande efficacité contre les insolations graves, qui est Arnica D20 des laboratoires Weleda, en préparation à injecter deux ou trois fois par jour.

    Par ailleurs, l'homéopathie peut prévenir le coup de soleil et conseille, pour ce faire, de prendre trois granules de Myristica sebifera 4CH une heure avant l'exposition, ou encore deux fois par jour plusieurs jours avant de partir en vacances.  

 
 
                Protéger les yeux  

    Contre la fatigue oculaire après un excès d'exposition au soleil, la mesure de prévention la plus évidente consiste à se munir de lunette noires ou à verres filtrants ; mais, s'il est trop tard, on prendra Ruta graveolens 5CH, puis, une demi-heure après Arnica 5CH, puis une heure après Lilium tigrinum 501 et enfin, une heure après, Staphysagria 501.

    En traitement externe, on peut ajouter Uvéline Chibret, une goutte dans chaque œil plusieurs fois par jour. En cas de fatigue oculaire grave, il est également conseillé de se mettre dans l'obscurité totale pendant quelques heures avant de se réhabituer progressivement à la lumière.  

 
 29-05-2016